Catherine Merveilleux

JNP_2537 2

Woke culture  – Les paradigmes artificiels

Au nom de l’inclusion et du droit à la différence, nous assistons à des dérives et à des dommages irréversibles. La Woke culture avait à l’origine la noble ambition de permettre aux minorités de ne plus être discriminées, mais de nos jours, elle divise les citoyens entre eux.

Nous vivons dans une dictature intellectuelle où sévit la censure et l’intolérance et tous ceux qui ne sont pas en phase avec la Pensée unique sont cancélisés, c’est-à-dire diabolisés, harcelés, ostracisés. Indifférents et passifs, nous sommes témoins du naufrage de notre civilisation. Après l’écriture inclusive, la guerre des sexes avec les mouvements néo-féministes #Metoo et #Balancetonporc, les autodafés de livres célèbres comme Autant en emporte le vent, les activistes Woke font du prosélytisme auprès de nos enfants. Le Prince charmant est accusé d’avoir abusé de la Belle au bois dormant, pendant son sommeil. Minnie est relookée car trop sexy. Mattel crée des poupées Barbie Queer ou Trans etc… On leur explique désormais qu’ils ne sont pas assignés à leur sexe de naissance mais qu’ils peuvent changer de sexe… Notre civilisation basée sur des normes et des valeurs ancestrales est sur le point de sombrer. Le règne de la Woke culture sera cependant éphémère car les différents mouvements Woke vont, c’est inexorable, entrer en collision et se détruire mutuellement car ils ne sont pas compatibles, comme l’auteur le démontre dans cet essai.

Catherine Merveilleux est auteur et rédactrice en chef du magazine marseillais “Le Jour et La Nuit” depuis 1997.
Après des études de philosophie, elle a enseigné de nombreuses années à l’Education Nationale avant de se tourner vers l’écriture.