-> Auteurs 2021

Michel Drucker

Michel Drucker : ©Guillaume Gaffiot
©Guillaume Gaffiot
9782221255025ORI

Petite forme, tout l’été 2020. À la fin du mois d’août, le médecin de famille de Michel Drucker à Eygalières, en Provence, l’envoie faire des examens complémentaires à Paris, sans plus attendre. Direction l’hôpital Pompidou, où il va rester près de 3 mois : une bactérie s’est attaquée aux valves du cœur, au rein, à la rate, provoquant une septicémie. Une artérite menace la jambe, à 4 heures de l’amputation. Première opération. Au scanner de contrôle qui lui succède, les médecins découvrent qu’outre les valves cardiaques, les coronaires sont bouchées. Il faut aussi faire un triple pontage. Deuxième intervention, délicate : à son âge, 78 ans, 25 à 30% de risques de ne pas en sortir vivant, plus encore sans séquelles. Cette opération sera réalisée dans le plus grand secret (le patient Drucker a été enregistré sous un faux nom, M. Diocard), un samedi, « parce que c’est plus tranquille » dit son chirurgien, à la toute fin du mois de septembre. 15 heures sur le billard. Puis des semaines en réa, en soins intensifs, avant les 3 mois de rééducation prévus, en clinique. A peine l’a-t-il commencée qu’il faut retourner à Pompidou, et rouvrir : une nouvelle infection menace. Troisième intervention. Et enfin, début décembre, le retour à la maison, avec la poursuite de la rééducation en ambulatoire , 3 fois par semaine, pour regagner les muscles fondus, 10 kilos à reprendre, et les plus extrêmes précautions pour ne pas attraper le Covid.

Aujourd’hui, avec son « cœur tout neuf » et une volonté hors du commun, Michel Drucker se prépare à retrouver le canapé rouge de « Vivement Dimanche », fin mars, et termine l’écriture de ce livre, menée en parallèle de sa rééducation.
Car pendant tout ce temps, ce sont ces deux objectifs qui lui ont permis de tenir, et de se battre : pouvoir de nouveau exercer son métier, et raconter cette épreuve que lui, l’hypocondriaque à l’hygiène de vie d’un sportif de haut niveau, n’aurait jamais imaginé devoir affronter un jour. Pour donner de l’espoir à tous ceux que la maladie frappe, et rendre hommage à cet hôpital public si malmené et pourtant si exceptionnel. On n’est plus le même quand on a frôlé la mort : dans ce récit, intime et universel, d’une renaissance, Michel Drucker parle à chacun de nous.

Zize Dupanier

ZIZE_SAMUEL-DUCROS-PRODUCTIONS_PHOTO-PHILIPPE-DU-CREST_5241
© PHILIPPE-DU-CREST
couv zize

Je suis un artiste. Mais avant tout je suis un héritier de celles et ceux qui m’ont inspiré.Héritier de mon père, héritier de Coccinelle, héritier de Michou…Le premier était ouvrier à Marseille, les deux autres, étoiles des nuits parisiennes. Chacun m’a construit à sa manière, moi, le petit Louis, Jean-Louis, Thierry Wilson ou encore Loulou pour les intimes et Zize Dupanier, transformiste, devenu humoriste. J’existe parce qu’ils ont existé.

Ce livre, c’est l’histoire de ma vie. Je l’ai écrit pour eux, partis dans un autre monde où ils le liront, j’en suis certain. Et j’espère qu’ils en seront fiers. Une chose est sûre : je suis fier de leur avoir appartenu.


L’auteur : Dans son livre De A à Zize, extrêmement touchant, Thierry Wilson, alias Zize, nous confie comment, petit garçon né à Marseille dans une famille simple et aimante, à des années lumières des sunlights et du showbiz, il a fait la connaissance à Paris de l’une des premières transexuelles françaises, la célèbre et très belle Coccinelle. Il l’épousera, après être devenu lui-même artiste transformiste chez Madame Arthur, puis chez le célèbre Michou. Sur cette lancée, il crée le personnage truculent et terriblement attachant de Zize du Panier, figure emblématique de la cité phocéenne et véritable star qui suscite l’engouement du public dans toute la France.

Mathieu Falcone

Matthieu Falcone à Paris, avril 2021 
© samuel kirszenbaum
+336 15 26 80 21
mail@samuelk.net
© Samuel Kirszenbaum
FALCONE_Campagne_P1

Dans Un bon Samaritain, roman grinçant et sensible, Matthieu Falcone imaginait qu’un bobo parisien accueillait des migrants chez lui. Dans Campagne, ce sont ces mêmes bobos fans de Greta Thunberg, punks à chiens, rebelles en basket Nike, écolos bouffeurs de McDo, révolutionnaires de salons auditeurs de France Info, qui débarquent « au pays » pour faire la leçon aux paysans lors d’une grande fête participative. N’est-il pas temps de sauver le monde, de prendre fait et cause pour l’environnement, et contre toutes les formes de discriminations? « Ils disent que c’est ça être de son temps », affirme le Fou.
Le « pays » ? C’est Robert, qui parle à tout le monde sans se mêler de rien. C’est le Fou, qui « s’envoûte le cerveau ». C’est Cédric, qui balance des tonnes de « poison à bestioles » toute l’année dans son champ. C’est François, le patron du café de la Gare, qui ne sait que servir à boire et se méfier de tout. C’est Méline, la fille du Fou, « jeune maman sacrément paumée » et qui a tendance à oublier son gamin partout dès qu’elle a un peu forcé sur la bouteille.
Entre ces deux univers, le choc est inévitable et le drame annoncé : « N’est pas éleveur de brebis ou maçon qui veut, ne devient pas paysan qui en a eu le rêve fugace depuis la pollution de la ville. »

Né en 1982, Matthieu Falcone vit en Provence dans un village près de Manosque. Campagne est son deuxième roman. Lors de la sortie d’Un bon Samaritain (Gallimard, 2018), il a reçu un très bon accueil de la presse.

Georges Fenech

FENECH Georges 2 ©Raphaël Rippe
©Raphaël Rippe
Couv Bataclan

Le 13 novembre 2015, des terrasses et restaurants de Paris, la salle de concert du Bataclan et le Stade de France étaient pris pour cibles par trois commandos kamikazes. Ces tueries de masse ont fait 130 morts et des centaines de blessés.
Le procès historique qui s’ouvre à Paris le 8 septembre 2021 devra répondre aux questions que se pose toujours la France entière. Qui a commandité, organisé et exécuté ces attentats sans précédents ? Comment des doctrinaires islamistes sont-ils parvenus à enrôler des petits délinquants tout à coup prêts à sacrifier leur vie ? Mais aussi pourquoi nos services de renseignements n’ont-ils pas réussi à déjouer ces projets criminels, alors que la quasi-totalité des auteurs étaient fichés et connus de la justice ? Pourquoi nos forces d’élite ont-elles mis plus de deux heures pour neutraliser le commando du Bataclan ? Et si demain un autre attentat d’envergure se reproduisait, serions-nous mieux équipés pour y faire face ?

 

Georges Fenech, ancien juge d’instruction, a présidé la commission d’enquête parlementaire consacrée aux attentats du 13 novembre 2015. Il a déjà publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels Gare aux gourous, aux éditions du Rocher.

Jacques Ferrandez

285
© Zazzo
510ecaLUwRL._SY291_BO1,204,203,200_QL40_ML2_

On pourrait presque entendre les personnages parler sur la place des Martyrs, ou les slogans résonner le long du boulevard Che Guevara, un vendredi après-midi de printemps 2019. Jacques Ferrandez est attaché à la vraisemblance de ses personnages. Les obstacles auxquels il les confronte dans Suites Algériennes soulignent à quel point l’Algérie peut être aimée, et à quel point cet amour met les hommes et les femmes face à de brutales contradictions.

Les manifestations pour demander un changement de régime politique qui ont débuté en février 2019 à travers l’Algérie ont changé une partie des récits que l’on entendait sur le pays. Il n’était plus question de violence ou de désespoir, mais de chants, de combat, de jeunesse et de joie.

En partant des événements de 2019, Jacques Ferrandez tisse des liens pour raconter l’Algérie indépendante, étonnement mal connue. Mathilde, Nour et Samia parlent de luttes pour l’égalité des droits, de combat pour un idéal révolutionnaire, de l’époque où Alger était une capitale du tiers monde. Elles montrent les complexités de l’histoire du pays. Mais elles soulignent surtout que certains n’ont jamais cessé de se battre.

En nous poussant à nous intéresser aux luttes de ses personnages, Jacques Ferrandez contribue à donner de l’épaisseur à l’Histoire.

Elsa Flageul

Elsa
©Pascal Ito
9782080216755_HotelDuBordDesLarmes_Couv_HD

Les divorce hotels promettent de divorcer en un week-end, sans tracas ni démarches interminables, dans un souci de médiation, de bonne humeur, et même de bien-être. L’Hôtel du bord des larmes est l’un de ces hôtels. En ce vendredi de début d’été, il accueille Cécile et François, désolés d’en arriver là, pas très convaincus par l’idée, mais bien décidés à rompre ce mariage tout en préservant leur fille : ce que l’amour a fait mourir, la famille qu’ils étaient les oblige à le laisser en vie. Au cours de ces deux jours, ils vont revivre les émotions qui les ont unis puis séparés, accepter de prendre leurs distances… et faire de nouvelles rencontres. Et ça, ce n’était pas prévu.

À travers les aventures touchantes et drôles de ses jeunes personnages, Elsa Flageul dessine un portrait acide et très subtil de la difficulté à vivre des nouvelles générations.

Depuis son premier roman, J’étais la fille de François Mitterrand, paru en 2009, Elsa Flageul a publié Madame Tabard n’est pas une femme (2011), Les Araignées du soir (2013), Les Mijaurées (2016), en cours d’adaptation pour le cinéma, et À nous regarder, ils s’habitueront (2019). Hôtel du bord des larmes est son sixième roman.

Vérane Frédiani

Vérane Frédiani-2601copyrightVitaMoltedo
copyrightVitaMoltedo
Couverture HD Marseille cuisine le monde de Verane Frediani

Marseille, nommée capitale européenne de la culture en 2013, attire de plus de plus de visiteurs, dont certains qui tombent sous son charme et s’installent plus durablement…

En écho à cet essor, la cité phocéenne, qui embrasse la Méditerranée de son regard, est forte d’une richesse multiculturelle qui s’exprime aussi dans les assiettes. Si la cuisine permet de parler de tout, d’échanger, d’apprendre à se connaître et de réfléchir différemment, les influences cosmopolites de Marseille en font le lieu idéal pour l’émergence d’une cuisine émancipée des segmentations habituelles : cuisine française, cuisine ethnique, cuisine étoilée, cuisine du midi, cuisine à la maison…

Ce sont les Marseillais qui dessinent les contours et les détours de la ville. Cuisiniers et personnalités emblématiques prennent la parole et partagent leurs recettes (70 au total) dans ce livre porté par Vérane Frédiani. La pizza et le couscous côtoient l’ail et les herbes, il y a les fidèles au poisson et les viandards, la street food et la nuit, la Provence en famille, les épices exotiques et la cuisine étoilée…

Marseille cuisine le monde, le monde cuisine Marseille, témoignage d’un modèle sociétal qui a du sens, trésor d’imagination qui séduit bien au-delà de ses quartiers emblématiques.

L’AUTEUR

Cinéaste, journaliste, gastronome et militante féministe d’origine marseillaise, Vérane Frédiani est notamment l’auteure du documentaire À la recherche des femmes chefs et des ouvrages Cheffes et Elles cuisinent.

David Galtier

IMG_2267
9782221246375ORI

Au moment de quitter ses fonctions à la fin 2018, le général d’armée David Galtier était l’un des deux plus hauts gradés de la gendarmerie française : un parcours rare au sein de l’institution, qui l’a conduit au cœur des ministères de l’intérieur et de la défense. Tour à tour directeur ou coordonnateur d’enquêtes, il a effectué une carrière exemplaire au sein de cette force armée régulièrement saisie de dossiers médiatisés. Dans une période marquée par la menace terroriste et les violences urbaines, il nous parle de ses années de service et rend justice à ceux qui assurent notre sécurité.

Après avoir rappelé toute l’importance de la mission de police judiciaire en gendarmerie, inscrite dans les gènes de l’Arme, David Galtier a choisi de raconter, à travers plusieurs enquêtes emblématiques (l’assassinat du petit Grégory, les disparues de l’Yonne, l’affaire Omar Raddad), la manière dont cette institution a su mobiliser ses capacités malgré des heures parfois sombres. Il nous fait pénétrer dans les coulisses d’investigations hors norme, comme celles qui permirent d’élucider ou à tout le moins de mieux comprendre le mystère des fiancés de Fontainebleau, le meurtre de la joggeuse Marie-Christine Hodeau (dans l’Essonne) ou les infanticides édifiants de Valentin (dans l’Ain) et de Jonathan (en Loire-Atlantique). Grâce à la police technique et scientifique ainsi qu’aux moyens modernes d’observation et de recherche, David Galtier a été l’initiateur de rebondissements dans plusieurs cold case. À chaque fois, dans le récit de ces faits divers terrifiants, le suspense de l’enquête croise l’émotion de destins brisés et l’espoir de la justice rendue.

Riche d’informations et d’anecdotes passionnantes, ces Mémoires nous permettent d’appréhender toute la polyvalence, l’étonnante faculté d’adaptation et d’anticipation de la gendarmerie, une force armée vieille de neuf siècle qui place plus que jamais l’humain au cœur de son action.

Mélanie Gaudry

2021-05-05 11_47_07.684+0200
20211005_135230

Pour Antoine Peytavin, « le pervers narcissique est un manipulateur cruel qui utilise la parole et le temps. C’est un jeu de patience. Il vous inflige toujours pile ce que vous pouvez supporter ni plus ni moins, comme dans le jeu du chat et de la souris. Assez violent pour vous laisser en vie et s’amuser avec vous, mais pas assez violent pour aller en prison. Il reste donc impuni toute sa vie, répétant le même scénario dans chacune de ses relations, comme une pièce de théâtre qui recommence sans fin. Quand on est agressé physiquement, on peut montrer des séquelles à la police, mais comment montrer une agression psychologique ? Il n’y a aucune trace visible. Toutes les victimes parlent du « flou » ou de la « sensation de brouillard » qu’elles ont ressentis. » Dans cet ouvrage, l’auteure nous offre toutes les clefs nécessaires pour identifier un manipulateur pervers narcissique, pour se défaire de son emprise et le vaincre définitivement.

Titulaire d’une double licence en Lettres modernes et en Lettres classiques, Mélanie Gaudry souhaite aujourd’hui mettre à profit ses compétences pour venir en aide aux victimes des pervers narcissiques. Cet essai est le fruit de deux années de recherches sur le terrain auprès des spécialistes et des victimes. Il vise autant à prévenir qu’à guérir…

Christophe Gavat

PRIX DU QUAI DES ORFEVRES 2021 - CHRISTOPHE GAVAT - portrait photo - DR
copyright DR
EXE_PQO2021_cap_canaille.indd

Ancien du 36, désormais en poste à Marseille, Henri Saint-Donat est confronté à son premier « barbecue », règlement de comptes en vogue parmi les trafiquants de la cité phocéenne, qui consiste à enfermer un corps dans le coffre d’une voiture à laquelle on met le feu.
Flanqué d’équipiers hauts en couleur, le commandant commence l’enquête, mais la piste de la guerre des gangs ne donne rien. Lorsque l’identité de la victime est enfin confirmée, les choses prennent un nouveau tour : Henri a connu cette personne autrefois à Paris, et elle n’avait pas du tout le profil pour finir sa vie dans une voiture incendiée par des dealers marseillais…

Né en 1966, Christophe Gavat est commissaire divisionnaire, en poste en Guadeloupe. En trente-deux ans de police, il a traversé la France, ces grandes affaires qui vous happent et ces petites du quotidien qui vous marquent. Il a déjà publié deux témoignages et un roman. Son premier livre a été adapté par Olivier
Marchal pour France 2.